La contraception d'urgence

Beaucoup de femmes nous posent des questions sur la contraception par voie orale : les effets secondaires, que faire en cas d'oubli, les différences d'une pilule à l'autre...

 

Nos pharmaciens ont réalisé trois fiches synthétiques :


Fiche 1 : Connaitre les généralités sur les contraceptifs oraux et la classification des pilules.

Fiche 2 : Questions les plus posées au comptoir sur les contraceptifs oraux.

Fiche 3 : La contraception d'urgence.

 

 

Un cas de comptoir très souvent rencontré particulièrement chez les mineurs est la contraception d'urgence.

Nous vous proposons quelques conseils pour mieux comprendre ces médicaments.

 

On appelle contraception d'urgence, toutes les méthodes contraceptives qui s'offrent à une femme pour empêcher la survenue d'une grossesse suite à un rapport non protégé ou en cas d'échec d'une méthode contraceptive.

 

Deux molécules sont disponibles :

 

Le lévonorgestrel

Progestatif de 2ème génération qui bloque ou retarde l'ovulation au moment du pic de LH (hormone lutéinisante). Cette molécule diminuerait aussi la mobilité du spermatozoïde et aurait un effet sur leur pouvoir fécondant.

Le traitement est de 1 comprimé qui doit être pris le plus tôt possible dans les 12 heures après le rapport sexuel non protégé et au plus tard dans les 72 heures. En cas de vomissement dans les trois heures qui suivent la prise, il faut reprendre un nouveau comprimé.

 

L'acetate d'ulipristal (Ellaone)

Stéroïde modulateur sélectif des récepteurs de la progestérone. Inhibe ou retarde l'ovulation.

Si vous prenez un médicament de contraception d'urgence dans le cadre d'un oubli de pilule, vous devez continuer de prendre la plaquette jusqu'à la fin.

Le traitement est de 1 comprimé qui doit être pris le plus tôt possible dans les 12 heures après le rapport sexuel non protégé et au plus tard dans les 120 heures (5 jours). Il s'agit de la durée de vie maximale des spermatozoïdes dans l'organe génitale de la femme.

Les médicaments de contraception d'urgence ne sont pas soumis à une prescription médicale obligatoire. Ils peuvent être prescrits par un médecin ou une sage-femme et sont remboursés à 65% par l'assurance maladie. Une mineure peut se procurer ces médicaments de façon anonyme et gratuite.

 

Est-ce que la contraception d'urgence est dangereuse ?

Même si les médicaments de contraception d'urgence sont en vente libre en pharmacie, ils ne sont pas à prendre n'importe comment.

En effet ils ont des effets secondaires, contre-indications et interactions médicamenteuses.

 

Le lévonorgestrel

Effets secondaires : nausées, vomissements, perturbation du cycle avec retard des règles, douleurs des seins, saignements possibles.

Contre-indication : hypersensibilité à la molécule. Interactions médicamenteuses : certains anticonvulsivants (phenobarbital, phénytoine, primidone, carbamazepine), les barbituriques, certains antibiotiques, le millepertuis.

 

L'acetate d'ulipristal (Ellaone)

Effets secondaires : troubles digestifs, céphalées, tensions au niveau des seins, vertige, fatigue.

Contre-indication : hypersensibilité à la molécule. Interactions médicamenteuses : certains anticonvulsivants (phenobarbital, phénytoine, primidone, carbamazepine), les barbituriques, certains antibiotiques, le millepertuis.

 

ATTENTION :

 

Aucune contraception d'urgence n'est efficace à 100%. Donc surveiller l'apparition des règles.

Les maladies sexuellement transmissibles comme le SIDA existent toujours. Les rapports non protégés peuvent être à risque.

En cas de doute, important de consulter un centre de dépistage.

La contraception d'urgence doit être utilisée de façon exceptionnelle.

 

Une brochure d'aide à la dispensation de la contraception d'urgence est disponible gratuitement sur cespham.fr.

 

 

VERSION
IMPRIMABLE